Espace Presse

Mieux connaître notre action : les nouvelles entreprises financées

L’âge du bois

La construction bois, la performance énergétique et l’avenir de l’habitat !

Publié le 1er décembre 2018 (mis à jour 19 mai 2020)

En 2009, après une reconversion et un CAP chez les Compagnons, Nicolas Delaunay rencontre ses futurs associés, Timothée Deleporte et David Grasseau (parti aujourd’hui dans la formation professionnelle), issus également des Compagnons et ayant effectué une bonne partie du Tour de France.

Ces 3 charpentiers décident alors de créer leur Scop. Depuis, elle ne cesse de se développer en compétences, elle participe à des réseaux d’acteurs dans le bâtiment afin d’élargir son offre et d’être force de proposition vis à vis de particuliers ou d’organismes publics. IéS contribue à financer cette phase.

Au départ, l’offre de L’Age du Bois concerne naturellement le métier dela structure et ossature bois (charpente, couverture, rénovation). Dès le départ, la conception bioclimatique est importante : un habitat le plus naturel possible avec de hautes performances énergétiques. La Scop a progressivement diversifié son offre vers le second œuvre et la menuiserie. Elle réalise aussi des terrasses et des aménagements paysagers. Ces opérations concernent le neuf ou la rénovation, que ce soit sur terrain nu, en agrandissement au sol ou en surélévation.

IéS a apporté 25000€ en titres participatifs.

L’Age du Bois emploie actuellement 26 salariés. Leurs compétences se déclinent en différents métiers : le « cœur » concerne la charpente-couverture-zinguerie, le second œuvre couvre l’électricité, la plomberie, la menuiserie, une personne s’occupe ponctuellement des aménagements paysagers. Un bureau d’études a été créé pour la mise en œuvre de maquettes numériques permettant un dialogue poussé entreprise-client, ou avec d’autres intervenants, et servant de support aux équipes chantier. Les fonctions commerciales sont assurées en partie par les 2 fondateurs et par un chargé d’affaires.

Si la Scop s’appuie pleinement sur la reconnaissance de ses compétences propres et de son expérience (« on vient nous chercher »), elle ne se repose pas dessus et voit plus loin. Elle est attentive aux réseaux de collaboration avec d’autres acteurs. Ainsi, elle travaille toujours avec les architectes dans une véritable
co-conception, et une collaboration accrue sur les phases clés de suivi. C’est à bénéfice mutuel, car elle amène ainsi des clients aux architectes.

Plus original : L’Age du Bois est acteur au sein du réseau Amassa-Bois (l’occitan « amassa » renvoie au français « ensemble »). Ce réseau de 6 coopératives du bâtiment regroupe plus de 130 emplois et réalise 10 millions de CA cumulé. Outre la Haute-Garonne, il est présent en Ariège, Aude et Tarn. Le but de ce réseau est de créer une offre commune, permettant de plus gros chantiers, tout en gardant
les compétences propres et les spécificités de chacun. C’est ainsi que 4 d’entre elles se sont alliées pour réaliser la nouvelle salle de spectacle de la Mairie d’Albi. C’est un gain de notoriété qui profite à tous. Des fonctions peuvent aussi être mutualisées, par exemple des études de marketing.

Bien ancrée sur ses acquis, la Scop réfléchit à son avenir. Ses fondations sont dans une exigence de qualité de fabrication. Au delà, au sein d’Amassa Bois, et avec l’appui de la Scop Ecozimut (performances énergétiques et environnementales), l’enjeu est de développer une approche d’habitat écologique, orientée basse consommation, voire autonome ou à énergie positive. C’est aussi de mener une
réflexion globale sur l’habitat dans un urbanisme répondant aux enjeux actuels. l’ambition vise à ne pas seulement répondre à des demandes (appel d’offres), mais à être aussi force de propositions pour des organismes d’habitat, des collectivités.

L’Age du Bois est une entreprise active dans les réseaux de la transition énergétique, c’est aussi un acteur au sein des enjeux actuels de l’habitat.

www.lagedubois.fr

Cet article a été publié dans notre magazine IéS le Mag